LES DESSOUS DU CONFINEMENT MADE IN BREIZ

Depuis la pandémie du coronavirus, la noble dame qu’est notre belle Bretagne s’est métamorphosée en belle Endormie, le temps du confinement. Contrée de prédilection pour la détente et la robinsonnade, la Belle tire temporairement le rideau, le temps de se repenser pour mieux resplendir le temps venu…

LES INTERDITS

La Breiz Touch estampillée balades insolites sur le littoral sauvage breton, randonnées à travers les forêts enchanteresses, lieux mythiques et de féérie, les circuits pour les baroudeurs, les cyclistes, n’est plus. Il est actuellement impossible de se délecter de ces somptueux havres de paix, de se gargariser des parfums de la lande bretonne ou de découvrir ces décors légendaires et romantiques le long des chemins et sentiers de nos forêts.

* Photos: Interdiction d’emprunter les différents chemins d’accès à la plage de Sainte – Anne la Palud.

L’HUMAIN S’ADAPTE

Selon le calendrier celtique traditionnel, l’équinoxe de printemps a pointé le bout de son nez le 20 mars  à 06h15. Impossible de l’ignorer ! Il nous a nargué effrontément avec son ciel bleu et ses premières températures douces. La nature a continué immuablement son bonhomme de chemin, indifférente au confinement des humains. La floraison du colza explose, inondant les champs  à perte de vue et projette des touches d’un jaune flamboyant, maintenant les agriculteurs sur la brèche pour les récoltes estivales. En période de confinement, des sorties attractives en campagne pour nos animaux de compagnie dans un environnement plus clément pour des relations  complices. Une note rassurante avec la présence de la voiture jaune du facteur, acteur du lien social sillonnant la campagne pour la distribution du courrier même à l’ère du numérique.

La nature en pleine effervescence…
Étendue de champs de colza à perte de vue prêts, pour les prochaines récoltes de Plomodiern.

* Photo en haut à gauche: Sortie salutaire pour ce compagnon à 4 pattes à moins d’un kilomètre de la niche.
* Photo en bas à droite: Distribution du courrier dans un lieu-dit de Sainte – Anne la Palud.

LA NATURE N’EST PAS DE RESTE

Pratiquée depuis de nombreuses générations, la pêche à pied est une activité emblématique de la Bretagne, terre de traditions. A la grande marée d’équinoxe, l’extraordinaire littoral breton offre sans pudeur ses trésors de mer, tels que couteaux, coques, palourdes, bigorneaux. Une véritable corne d’abondance éruptive des fonds marins pour un temps à découvert, dont se sustentent désormais seules les mouettes, sans une pensée pour les amateurs de la pêche à pied, malheureux, restés confinés. Une pause bucolique aux parfums de marguerites et de primevères, avec la rencontre d’un troupeau de vaches déterminées à faire l’école buissonnière, ayant pris la clé des champs, bien que le bonheur soit dans le pré ! Sans la présence de leur  éleveur, elles orchestrent d’un « sabot » alerte leur retour en solo à leur stabulation. Une balade débonnaire et récréative !

Vue panoramique sur la plage de Sainte – Anne La Palud, fermée au public.

Ecole buissonnière pour un troupeau de vaches sur la commune de Tal ar Groas.

Crédits

Texte et photos Ghislaine FÉREC

Toute reproduction intégrale ou partielle de cet article (textes et illustrations) est expressément interdite sans l’autorisation préalable et écrite de son auteur. Contact: ghislaine@opus-anima.fr