Bretagne éternelle

Cap de retour vers ma Bretagne intuitive et sensitive, magnétique et inspirante pour y poser ma vie, âme contre âme pour y conjuguer mes créations littéraires, le reflet de mes passions et mon bien-être. Premier opus breton à Quimper, ville qui torture mes sens pour une plus belle renaissance. Un miroir ensorcelant aux pouvoirs magiques, sensuels dans la sphère sublime du Sacré. Le théâtre de prédilection pour l’écriture de mon futur roman « Meurtre à Quimper ». Fascination, attraction pour « Kemper » hors du temps, l’alchimie fascinante de légendes et d’histoire sur fond de celtitude. Une aventure spirituelle et grisante. Majestueuse, audacieuse, enjôleuse,  d’une plastique parfaite, aux doux accents mystiques, Quimper captive, séduit et ensorcelle pour mieux conquérir. La myriade de ses prodiges, se décline sur des airs puissants de biniou et de bombarde, de danses bretonnes, de cercles celtiques, d’animations, de rues pavées, de maisons à colombages ou à pans de bois dans son cœur historique, de passerelles fleuries sur l’Odet et le Steïr, de la prestigieuse cathédrale Saint-Corentin et la légende du roi Gralon, de vestiges de remparts… Sans retenue, laissez-vous emporter par l’éveil de mes sens !

 

Quimper, la Bourgeoise

Quimper, aux allures d’une élégante bourgeoise distinguée et raffinée captive par sa beauté et sa magnificence, attise la curiosité et insuffle la douceur de vivre. Une compilation esthétique de maisons de granit et de façades à pans de bois, composition de perfection pour une cité phénoménale, une porte ouverte sur son âme, la source vitalisante de son éternelle jeunesse. Capitale de la Cornouaille, son charme et sa splendeur sont ses sésames, aux doux accords harmonieux et envoûtants d’une sylphide, qui perturbe les sens et avive le désir. On se love avec délectation et ravissement dans ses rues pavées, ses bâtiments en pierre, ses maisons à encorbellements, pour mieux la palper, la sentir, la deviner et l’aimer. Une farandole de noms moyenâgeux dans le cœur historique de Kemper, tels que la Place au Duc, la rue Kéréon, la Place au Beurre, la Place Saint Corentin…  Laissez-vous séduire vers cette cité d’exception, aux partitions audacieuses et imprévisibles!

* Photo de gauche: une des plus imposantes maisons moyenâgeuses à pans de bois sur la Place au Duc au centre de la cité séculière.
* Photo de droite: vue sur la cathédrale à partir de la rue du lycée.

* Photo en haut à gauche: rue du Guélodet.
* Photo en haut à droite: rue Kéréon et ses boutiques de confiseries.
* Photo en bas à gauche: rue des Boucheries dans le cœur historique de Quimper.
* Photo en bas à droite: rue sainte-Catherine.

* Photo en haut à gauche: maisons moyenâgeuses à pans de bois sur la Place au Duc au centre de la cité séculière.
* Photo en haut à droite: la boutique de faïences de Quimper « L’art de Cornouaille », place Saint Corentin.
* Photo en bas à gauche: la préfecture de Quimper, rue Sainte Catherine.
* Photo en bas à droite: Macaronerie  » Philomène  » dans la rue de Kéréon.

Quimper, ville d’Art

Classée ville d’Art et d’Histoire, capitale bretonne de la faïence, Quimper est sans nul doute depuis des siècles, la cité d’effervescence artistique par excellence, l’écrin de sélection pour un génie créatif se déclinant sous toutes ses formes : la sculpture sur bois ou dans la pierre, l’architecture avec les maisons à pans de bois et la construction religieuse, la célèbre faïence de Quimper, l’art religieux, l’art du vitrail, l’ameublement breton… Quimper, l’antre des Merveilles aux mille et un délices visuels créés par des virtuoses, des troubadours de l’Art, pour une symphonie éthérée, colorée et passionnée. Une véritable projection et reflet du passé, qui chavire et étourdit pour s’inscrire dans les mémoires. Extase, contemplation, admiration au travers d’œuvres et de créations, de véritables dialogues ouverts avec nos sens et notre sensibilité.

* Sculpture monumentale « La dernière épingle  » d’Armel Beaufils, représentant une jeune femme de Plougastel-Daoulas ajustant sa coiffe.

* Photo en haut à gauche: détail d’une façade à pans de bois.
* Photo en haut à droite: assiette en faïence de Quimper apposée sur la façade du magasin « L’Art en Cornouaille ».
* Photo en Bas à gauche: lit clos breton exposé au Musée Départemental Breton à Quimper.
* Photo en bas à droite: statue en bois polychrome du milieu du XIXe siècle, dans la rue de Kéréon face à celle de Philomène (posée au-dessus de la façade de la macaronerie du même nom), représentant un paysan breton.

* Grande photo à gauche: représente Saint Antoine, Patron des Faïenciés. Œuvre réalisée en faïence dans l’église de Locmaria.
* Photo en haut à droite: statue équestre de Gradlon située en hauteur entre les deux clochers de la cathédrale gothique Saint Corentin.
* Photo en bas à droite: portion d’un vitrail de la cathédrale Saint Corentin, représentant la vierge Marie.

Quimper, Fille de l’eau

KEMPER, la puissance d’un nom breton « CONFLUENT » au caractère sacré pour les rivières de l’Odet et le Steïr, énergies divines de l’eau, la renaissance matérielle et spirituelle. Du monde réel à l’imaginaire, les bras d’une naïade, sillonnent dans une aura magique en toute sororité, la Fille de l’Eau. Née de la terre de Bretagne, cette ondine gracile, sensuelle et charmeuse, se pare malicieusement de couronnes de fleurs au gré de passerelles pour mieux s’épanouir et s’échapper le long de murs de pierre, séduits par ses charmes. De ses amours malheureuses, elle remplit de ses larmes les fontaines de la cité, pour ravir les passants, qui l’immortalisent dans leur boite à images. Capricieuse, elle prive insolemment d’eau, lors des marées, les bateaux amarrés pour mieux les envelopper ensuite.

* Le Steïr ondulant sous le Pont Médard au cœur du centre historique de Quimper.

* Photo en haut à gauche: en attente du retour de la marée haute.
* Photo en haut à droite: l’ une des nombreuses passerelles fleuries au-dessus de l’Odet.
* Photo en bas à gauche: ouvrage du barrage du Moulin au Duc.
* Photo en bas à droite: sous-bassement d’une passerelle au-dessus de l’Odet.

* Photo en haut à gauche: fontaine Place Ménard.
* Photo en haut à droite: jeu d’eau au barrage du Moulin au Duc.
* Photo en bas à gauche: ballet aquatique à marée descendante sur l’Odet.
* Photo en bas à droite: déversoir du barrage du Moulin au Duc.

Quimper, la Spirituelle

Quimper, ville historique et religieuse a signé un pacte avec le SACRE dans la marche spirituelle et la croyance en la vie de l’âme et de l’esprit. Oser pousser les portes de ses églises et de sa cathédrale, c’est révéler des joyaux de Force et de Splendeur spirituelles et célébrer la Lumière. L’éclat d’une étoile dans cet écrin, la maxime du saint François d’Assise « Quittez tout, vous trouverez tout. », le fondement de toute sa vie spirituelle, une pensée qui rayonne et se distingue discrètement parmi toutes ces splendeurs. Des pépites semées au gré des croyances se dévoilant sous les flammes des bougies, symbole de l’esprit, pour un lien étroit avec le monde spirituel et mystique dans l’église de Locmaria, côtoyant en toute humilité la magnificence des vitraux de la cathédrale Saint Corentin, la majesté de ses statues. Un voyage spirituel, qui grandit l’âme et essuie les écueils de la vie devant la beauté secrète et intime de l’antre de l’église Saint Mathieu,  l’ingéniosité inspirée de l’artiste avec la Crucifixion du Christ, le  paysan breton en bragou-bras et Jeanne d’Arc. L’essence et l’énergie de la Beauté transcendée en la façade de la cathédrale, ouvrage perturbé par les gargouilles, représentations maléfiques entre chimères et légendes, impressionnent les humains que nous sommes ! En quête de découvertes et de gemmes, posez o-bli-ga-toi-re-ment un pied dans la cité de Kemper, un autre dans la curiosité et la tête dans la délectation et vos valises regorgeront de souvenirs. Jugez en vous-même par les photos !

* Pensée de Saint François d’Assise présentée dans un recueil, statue de la cathédrale Saint Corentin.

* Photo en haut à gauche: lieu de prière et de recueil dans une des chapelle de l’église de Locmaria.
* Photo en haut à droite: vitrail dans la cathédrale Saint Corentin représentant René du Louet bénissant Le Noble et Maunoir, missionnaires de la Réforme catholique.
* Photo en bas à gauche: statue de Jésus de Nazareth.
* Photo en bas à droite: Ange surplombant la chaire baroque, de bois polychrome et doré, une œuvre de 1679, réalisée par deux artistes Jean Michelet et Olivier Daniel.

* Photo en haut à gauche: transept et chœur de deux travées avec bas-côtés doubles de l’église Saint-Mathieu.
* Photo en haut à droite: dernière travée de la nef, arc de triomphe surbaissé portant le Christ en croix, entre Jeanne d’Arc et un paysan breton en bragou-bras.
* Photo en bas à gauche: façade de la cathédrale Saint Corentin de style gothique édifiée au XIII siècle flanquée de ses deux tours.
* Photo en bas à droite: une des nombreuses gargouilles ornant la cathédrale Saint Corentin.

Quimper, la Gourmande

Les gourmandises des dieux ne sortiraient-elles pas des fours des pâtissiers de Quimper, le temps de s’approprier des pouvoirs de tentatrice sur le commun des mortels ? Si Epicure avait été Breton, Quimper aurait été son panthéon. Quimper incarne la singularité et l’excellence de la haute couture de la pâtisserie bretonne pour les gourmands invétérés. Au travers de la Papillothèque des lichouseries, une envoléede partitions sucrées inspirantes comme les macarons renommés de PHILOMENE pour explorer des univers inconnus aux multiples saveurs, ou les crêpes fines et croustillantes de la crêperie LE MASSON, confectionnées sur des billigs et pliées devant ceux qui ont le cœur gourmandise pour le plaisir émotionnel, ou encore le Magasin de  GEORGES LARNICOL « G » (chocolatier et pâtissier), meilleur ouvrier de France pour une corne d’abondance de douceurs aux parfums divins et suggestifs et la fameuse baguette quimpéroise. Nombreux encore sont ces refuges gourmands à Quimper, des cavernes de délices qui distillent de la joie et du plaisir gustatifs pour une mise en musique des sens. N’hésitez pas ! En attendant de les déguster in situ, ce que vos papilles ne peuvent percevoir, vos yeux découvriront l’image de la tentation quimpéroise !  

* La Macaronerie PHILOMENE, 13 Rue Kéréon.

* Photo en haut à gauche: la crêperie LA KRAMPOUZERIE rue du Salé, Place au Beurre.
* Photo en haut à droite: les crêpes cuites sur des billigs (grandes plaques en fonte d’acier) et à emporter, dans la très connue CREPERIE LE MASSON, Rue Saint-Mathieu.
* Photo en bas à gauche: le coup de main assuré de la crêpière à la CREPERIE LE MASSON.
* Photo en bas à droite: la crêperie AN DISKUIZ Rue Élie Freron.

* Photo en haut à gauche: la célèbre baguette quimpéroise du Meilleur Ouvrier de France GEORGES LARNICOL rue Kéréon.
* Photo en bas à gauche: galettes bretonnes du Meilleur Ouvrier de France GEORGES LARNICOL rue Kéréon.
* Photo à droite: pièce montée de macarons aux multiples parfums de PHILOMENE rue Kéréon.

L’After Quimpérois

AVEC LE « CERCLE CELTIQUE DANSIEREN KEMPER » ET « LE BAGAD SAINT PATRICK »

Issue de l’univers celtique, la musique bretonne existe depuis que le peuple breton existe. A l’instar de la langue bretonne, elle est son identité culturelle, le souffle de son âme et de sa conscience. Socle de la culture bretonne et celtique, elle surfe à travers le monde, au gré d’amicales bretonnes, de concerts, de danses et de festivals. Magique, étonnante, saisissante, elle anime le cœur des Bretons et subjugue l’étranger lors des festoù-noz, qui se laisse sans résister, pénétrer et posséder. Inscrit au patrimoine mondial immatériel de l’humanité à l’Unesco, le Fest Noz, Fête de Nuit en breton, est le phare de la culture bretonne. Autrefois, le Fest Noz était un rassemblement nocturne de ruraux à la fin des travaux collectifs ou au moment des Grands Pardons, où se pratiquaient dans la convivialité les danses traditionnelles de Bretagne, sur fond de chants et de musiques.

Désormais une manifestation festive publique et de réjouissances et un mouvement fédérateur, le Fest Noz se déroule sur scène avec danseurs, chanteurs et musiciens pour un échange fusionnel intergénérationnel avec le public. A l’instar d’un spectacle « Derrière les remparts » à l’Espace Évêché où le costume traditionnel du pays Glazik était mis à l’honneur par le cercle celtique « Cercle Danserien Kemper ». Une performance surprenante mêlant poésie et fantaisie, tout en liberté et harmonie pour des chorégraphies remarquables avec des danseurs créateurs d’extase. Le pied alerte et impétueux, les danseuses ont évolué avec allégresse et pétulance, égrainant des sourires dans une mouvance tout en séduction.


BAGAD ou « groupe » en breton. La musique des bagadoù est le souffle vital des traditions bretonnes,  un savoureux cocktail musical de biniou braz, de bombarde et de percussions. Fermement ancrée dans la tradition mais ouverte aux tendances musicales contemporaines, la musique bretonne se renouvelle et se réinvente. Une musique de rassemblement, de communion et de partage intergénérationnelle et interculturelle pour des échanges passionnés et vibrants. Empreinte d’émotions, avec délice et noblesse, la musique du  Bagad Saint Patrick imbibé de l’âme celte, possède le pouvoir des sons, qui captivent, séduisent et fascinent. Entre charme et fascination, telle une formule magique, elle transporte les sens et le cœur dans une spirale d’allégresse. Des sons puissants pour un philtre enflammé de plaisirs festifs !


Quimper à la croisée des Mondes

La Bretagne est le berceau des légendes, des mythes et des contes, où la lisière entre réel et imaginaire est imperceptible. Les rues désertes respirent et insufflent de la crainte à tout visiteur osant les déshabiller du regard et les emprisonner dans sa boîte à images. Les murs en pierre de granit narguent et provoquent, avec l’arrogance des chevaliers victorieux. Les échappées nocturnes dans la cité de KEMPER sont des galops de rêves troublants enrobés d’inquiétude et de mystère. Seuls les avertis peuvent entendre la GWERZ enveloppant le ROI GRADLON, imperturbable entre les deux tours de l’édifice religieux, tandis que le monde des esprits plane sournoisement aux abords de la cathédrale Saint Corentin ouvrant une porte d’accès vers un royaume inconnu. Le monde des morts côtoie en silence le monde des vivants où l’Ombre se substitue à la Lumière. L’AUTRE MONDE a ainsi pris possession de KEMPER dans un silence de frissons, tandis que les vivants se cloisonnent dans leur logis. Le pont Ménard dévoile une Lumière voluptueuse et farceuse pour mieux dissimuler la porte du passage dans l’Au-delà. Tour à tour mystérieuse et épicurienne, Quimper affole nos sens et notre imaginaire avec un goût d’y revenez-y, appel que les visiteurs d’un jour ne manqueront pas d’honorer. Nul doute que je n’échapperais pas à la règle !!!


Crédits

Texte et photos Ghislaine FÉREC

Toute reproduction intégrale ou partielle de cet article (textes et illustrations) est expressément interdite sans l’autorisation préalable et écrite de son auteur. Contact: ghislaine@opus-anima.fr